Vous vous exprimez, je m'exprime... et vous vous révélez

Les quatre accords toltèques

"Chacun de nous est un petit émetteur qui s'ignore"

Michelle Guérin aurait pu compléter: "Et un petit récepteur qui s'ignore aussi".

Nous sommes, chacune, chacun, pleinement responsables de nos actions. Responsables de ce que nous émettons, à destination des autres. Et responsables de ce que nous recevons, en provenance des autres.

Mais nous ne sommes pas coupables de ce que les autres ressentent. Et les autres ne sont, pas davantage, coupables de ce que nous ressentons.

Que chacun balaie devant sa porte...

"Le toltèque"
parodie inspirée de la chanson "Le métèque" de Georges Moustaki

avec René Léfant dans le rôle principal

Outil - Les quatre accord toltèques

Avec Les quatre accords toltèques, Don Miguel Ruiz nous offre un cadre de référence pour communiquer de façon constructive, tant avec les autres qu'avec nous-mêmes.
  • "Que notre parole soit impeccable". Il s'agit là de notre responsabilité d'émetteur: notre parole (extérieure) à l'égard des autres; et notre parole (intérieure) à notre propre égard. Une parole impeccable, c'est l'utilisation de notre voix (extérieure) pour dire aux autres ce que nous avons à leur dire, de façon à engendrer un résultat positif. Et c'est aussi l'utilisation de notre voix (intérieure) pour nous dire à nous-mêmes ce que nous avons à nous dire, de façon à engendrer un résultat positif également.
  • "Quoi qu'il arrive, n'en faisons pas une affaire personnelle." Il s'agit là de notre responsabilité de récepteur: notre réaction à ce qui nous arrive des autres (de l'extérieur); et notre réaction à ce qui nous arrive de nous-mêmes (de l'intérieur). Ne pas faire une affaire personnelle, c'est renoncer à défendre, auprès des autres, l'image (extérieure) que nous voudrions leur projeter. Et c'est aussi renoncer à défendre, auprès de nous-mêmes, l'image (intérieure) que nous voudrions nous projeter.
  • "Ne faisons pas de suppositions." Que ce soit dans notre rôle d'émetteur ou dans notre rôle de récepteur, tenons-nous en aux faits (voir "Les faits et les suppositions"). Evitons, dans notre parole à l'égard des autres comme dans notre parole à notre propre égard, l'usage du verbe être suivi d'un adjectif: "Tu es gentil", "Je suis intelligent", "Tu es ridicule", "Je suis stupide" sont des étiquettes, les positives comme les négatives. Et lorsque de telles étiquettes nous sont adressées, par une voix extérieure ou par une voix intérieure, demandons des éclaircissements, les faits qui se cachent derrière les compliments, derrière les critiques.
  • "Faisons toujours de notre mieux." Notre parole parfois (souvent?) n'est pas impeccable; nous faisons parfois (souvent?) une affaire personnelle de ce qui nous arrive; et nous faisons parfois (souvent?) des suppositions. Commençons par apprendre de nos erreurs passées, avec objectivité, hors de tout jugement. Nous développerons ainsi une meilleure conscience des situations présentes, de la réalité extérieure comme de la réalité intérieure. Et tout naturellement, nous adopterons les comportements adéquats, adaptés aux circonstances.

"Les quatre accords toltèques"
saynète inspirée de la vie en entreprise


avec René Léfant et Marco Alarue dans les rôles principaux

Votre produit a été ajouté au caddie